05 novembre 2009

Sincères salutations!

Ecrire... à des amis ou de la famille est un exercice plutôt drôle et sympathique... mais si rare (MEA CULPA)...

 

Mes derniers courriers sont donc plutôt administratifs, "collet montés", ennuyeux et problématiques...

 

HISTOIRE DE FORMULES...

 

Mes coordonnées, l'adresse du destinataire, la date… jusque là tout va bien.

Et c’est parti, ratures et bigoudis !

 

Madame, Monsieur, Très Saint-Père, Maître, Mon Général, Mon Cher, Salut...

 

Ne pas commencer sa lettre par « je »

d’accord…

en même temps, être concis

ok…daisy.jpg

Rester polie

bien sûr…

mais être ferme

ben oui…

Montrer beaucoup de motivation

assurément…

sans en faire trop

pffft...

 

Le corps de la lettre est enfin allongé. Rien d'une pin-up.

 

Mais il faut en finir et quelque soit le motif du courrier, encore quelques obligations au pied de la lettre : prier le destinataire d’agréer l’expression de sentiments nécessairement distingués, ou bien lui assurer une considération indubitablement parfaite ou encore lui envoyer des salutations évidemment respectueuses… Tout cela sans se mélanger les pinceaux dans les sujets, les impératifs et autres faux-amis !

 

Signature de soulagement.

 

Le meilleur moment : l’enveloppe. L’adresse du destinataire est délicatement apposée au recto. Et dans un élan de zèle libératoire, j’impose toujours la mienne au verso, en fière « Exp. : ».

 

Mouvement de clôture, collage du timbre. FIN.

 

Et pour savourer ce moment, une petite boîte chinée cet été est devenue « à timbreS».

 

 

 

boîte à timbres.jpg