29 novembre 2009

1, 2, 3, ... 24!

Calendriers de l'avent en rafale...

Plus rétro cette fois:

Toujours autour des 24 strophes du poème de Clément Moore:

24 petites cartes glissées dans des sachets de marchande de bonbons...

à garnir de quelques friandises puis à accrocher à un panier à salade ancien...

Parfait pour la cuisine!

 

 

salades.jpg

 

28 novembre 2009

Sage comme une image du Père Noël

Petite découverte: le poème de Noël qui a fait du Père Noël ce qu'il est... C'est-à-dire un gros bonhomme joufflu et rieur, à la longue barbe blanche, habillé de rouge et fan de traineaux à la puissance fiscale d'au moins 8 rennes...

Si vous voulez découvrir ce texte de Clément Clarke Moore, il date de 1822 et est ICI.

Il a été très facile de le découper en 24 strophes…

Je tenais le fond du calendrier, restait la forme...

Une première déclinaison: le rouleau.

Chaque jour se déroule et laisse apparaître une strophe. Pas de bonbon, certes mais un joli ruban de soie, chiné sur un stand d'ancienne mercière, compense et le panier de friandises n’est pas loin!

rouleau.jpg

 

Projet1.jpg

Et en cadeau, une autre découverte: 

Rosa Clementina Petherick (1871 - 1931), 

une illustratrice anglaise. So retro!

 

 

Petite brise de panique

Accélération brutale de la productivité.

Objectifs revus à la hausse: 1 expo-vente, 2 marchés de Noël, des commandes personnalisées, les cadeaux de Noël perso.

La chaîne de production: slalom entre les différents virus à la mode, les devoirs, les courses, 3 fois rien de repassage, le balayage des feuilles mortes, le Téléthon et quelques réunions en bout de piste - Parcours chronométré.

Les moyens: dispositif anti-oisiveté ultra-moderne, téléphones muets dernier cri, cafetière mobile.

La matière première: stock pléthorique des fruits des vide-greniers de l'été (excellents éléments de motivation car une exploitation complète de ces produits faciliterait nettement la circulation dans l'atelier voire la maison...).

Tout est dit...

Une petite brise de panique souffle soudain.

Avant que chacun ne retourne à son poste, petit détour chez la marchande de thé... qui aimerait quelques calendriers de l'avent dans sa boutique...

En voici un premier, simple et rustique, réalisé avec des emballages en kraft de marchande de bonbons...

 

avent2.jpg

12 novembre 2009

Chine toc!

La saison des vide-greniers est terminée... toujours difficile de raccrocher le matériel de pêche pour l’hiver...

 

Souvenirs de chine:

une collection de "çapeut" ...

 

planqués dans l'atelier:

· quelques "çapeut|être|sympa,|une|fois|peint"

· des "çapeut|servir" en veux-tu, en voilà,

· de curieux "çapeut|se|réparer,|je|montrerai|à|papa",

· 2 ou 3 "çapeut|se|visser|sur|un|autre|çapeut",

chine toc1.jpg

 

 

ou exhibés un peu partout dans la maison :

chine toc2.jpg

· plusieurs

"çapeut|avoir|de|la|valeur, 

je|montrerai|à|maman"

· beaucoup de  "çapeut|être|joli|ici,|hein|mon|chéri"

· de trop nombreux

 "çapeut|plaire|à|mes|filles|ou|à|mon|chéri"

(pratiques en cas de retour de chine tardif),

· quelques "çapeut|s’offrir,|j’en|ai|déjà|un"

· d’agaçants "çapeut|aller|à|la|poubelle,|arnaque|!"

· différents "çapeut|peut-être|se|revendre…"

· d’inutiles "çapeut|???,|oui|mais|c’était|pas|cher"

 

chine toc3.jpg

 

Et puis çapeut|être|ma|passion,|chine|chine|!

clin|d'oeil|à|ma|voisine,|copine|de|chine|! 

 

05 novembre 2009

Sincères salutations!

Ecrire... à des amis ou de la famille est un exercice plutôt drôle et sympathique... mais si rare (MEA CULPA)...

 

Mes derniers courriers sont donc plutôt administratifs, "collet montés", ennuyeux et problématiques...

 

HISTOIRE DE FORMULES...

 

Mes coordonnées, l'adresse du destinataire, la date… jusque là tout va bien.

Et c’est parti, ratures et bigoudis !

 

Madame, Monsieur, Très Saint-Père, Maître, Mon Général, Mon Cher, Salut...

 

Ne pas commencer sa lettre par « je »

d’accord…

en même temps, être concis

ok…daisy.jpg

Rester polie

bien sûr…

mais être ferme

ben oui…

Montrer beaucoup de motivation

assurément…

sans en faire trop

pffft...

 

Le corps de la lettre est enfin allongé. Rien d'une pin-up.

 

Mais il faut en finir et quelque soit le motif du courrier, encore quelques obligations au pied de la lettre : prier le destinataire d’agréer l’expression de sentiments nécessairement distingués, ou bien lui assurer une considération indubitablement parfaite ou encore lui envoyer des salutations évidemment respectueuses… Tout cela sans se mélanger les pinceaux dans les sujets, les impératifs et autres faux-amis !

 

Signature de soulagement.

 

Le meilleur moment : l’enveloppe. L’adresse du destinataire est délicatement apposée au recto. Et dans un élan de zèle libératoire, j’impose toujours la mienne au verso, en fière « Exp. : ».

 

Mouvement de clôture, collage du timbre. FIN.

 

Et pour savourer ce moment, une petite boîte chinée cet été est devenue « à timbreS».

 

 

 

boîte à timbres.jpg